mardi 9 août 2022

Offrez-nous un café

L’Epouvantable Peur d’Epiphanie Frayeur – la chronique effrayée !

couverture de l'Epouvantable Peur d'épiphanie Frayeur" de Gauthier et Lefèvre chez Soleil

Titre:
L’épouvantable Peur d’Epiphanie Frayeur


Auteurs :
Séverine Gauthier (scénario) et Clément Lefèvre (dessin)

Editeur :
Soleil

collection
: Métamorphose

Année :
2016

Pages
: 92




Résumé :

Épiphanie
Frayeur est une petite fille âgée de huit ans et demi. Bientôt
neuf. Mais la jeune Épiphanie a un gros problème – non, pas son
nom et son prénom, un problème bien pire que ça – elle a peur de
son ombre. Et si vous voyez l’ombre d’Épiphanie, il n’est pas dit
que vous seriez moins terrorisé qu’elle. Épiphanie prend donc son
courage à deux mains et son ombre aux pieds afin de chercher comment
faire pour ne plus avoir peur. Et pour cela, comme la jeune fille est
perdue dans un étrange monde oscillant entre l’absurde et
l’onirique, elle va rencontrer quelques difficultés pour arriver à
ses fins… Si elle y arrive !





Mon
avis :

Une
curieuse aventure pour cette petite fille, perdue dans un monde à
mi-chemin entre le rêve et le fantastique – et le rêve n’est
jamais vraiment loin du fantastique –. D’ailleurs, on ne saura
jamais ce qu’est ce monde et comment Epiphanie s’y est retrouvée, ou
plutôt égarée mais ce n’est pas le plus important. Ce qui compte
le plus, c’est que la jeune fille veut combattre sa peur et va
avancer tout au long des sentiers de cet univers bizarre pour trouver
une solution.

Alors
oui, il y a un côté road-movie à cette BD, mais sans la voiture et
les grandes routes. Il s’agit plus de sentiers perdus, de chemins peu
rassurants et de routes mal taillées.

Le
plus grand obstacle que va rencontrer Epiphanie est sa propre peur.
Finalement, c’est son ombre, manifestation physique (voire
métaphysique) de sa peur qui va lui créer bien des problèmes. Et
le pire, c’est qu’elle ne peut pas fuir son ombre !


Mais
ne voyez pas dans cette entrée en matière une BD sombre et morbide.
Bien au contraire, les rencontres qui parsèment le chemin de la
jeune fille sont certes étranges – et relèvent parfois de
personnages que Tim burton n’aurait pas reniés – mais elles n’en
sont pas moins drôles ! Les échanges savoureux jouent parfois sur
du non-sens total et Epiphanie nous dévoile un peu qui elle est à
chacune de ces rencontres volontaires ou pas. Toutes cela nous offre
un panel de personnages secondaires attachants, parfois certes peu
compétents mais tellement agréables, tellement drôles dans le
jusqu’au-boutisme de leur logique que je n’ai pas regretté d’avoir
fait ce petit trajet au côté d’Epiphanie.

Le
scénario de Séverine Gauthier navigue doucement entre le conte pour
enfants et la ballade pour adultes et chacun peut y trouver son
plaisir. Certes, les grands devineront aisément quelle est la
solution au problème d’Epiphanie, mais comment ne pas s e régaler
de ces différents moments où la jeune fille tente de trouver de
l’aide auprès d’une galerie de seconds rôles farfelus.



page extraite de l'Epouvantable Peur d'épiphanie Frayeur" de Gauthier et Lefèvre chez Soleil
On a déjà vu plus rassurant comme ombre…
Et
le dessin de Clément Lefèvre m’a vraiment entraîné dans cette
descente au pays de… je ne sais où mais qu’importe !

Dessin
très doux, autant par le style que par les couleurs adoptées. Le
style s’adapte tout à fait à ce qu’on peut attendre d’un conte et
c’est un grand plaisir de parcourir ces cases sans contour, autant de
petits clichés riches de vie et de beaux ou sombres paysages qu’on
prend plaisir à parcourir avec Epiphanie.

Si
l’obscurité est toujours bien présente, elle n’est jamais
complètement effrayante. Et j’étais plus intriguée par découvrir
la prochaine rencontre, la suite de l’histoire que par l’inquiétude
de voir Epiphanie disparaître dans les limbes.

La
composition est très élégante. Les cases se succèdent et ne se
ressemblent pas Il y a de magnifiques mises en image comme ces
doubles pages où vous suivez Epiphanie tout au long d’un chemin et
d’une discussion. Il y a ces moments où le temps se ralentit pour
insister sur une action simple, comme s’accrocher à une branche…
vainement. Il y a ces dessins pleine page où un cirque défile sous
vos yeux et où des tas de petits personnages semblent tirer la
couverture à eux !

Au
fil de l’histoire et de la progression d’Epiphanie, les choses
semblent empirer mais malgré la complexité de certaines cases, vous
ne sera jamais perdus, contrairement à la jeune fille, qui ne sait
plus où donner de la tête.



Une
belle histoire qui vaut la peine d’être lue, à soi-même certes, et
peut-être aussi à vos enfants, si vous en avez. Une BD familiale,
au joli sens du terme !



Zéda
et Epiphanie cherchent leur chemin !



"FRAIS AILLEURS", strip de Zéda pour chronique 7BD sur l'Epouvantable Peur d'épiphanie Frayeur" de Gauthier et Lefèvre chez Soleil




David
Inscrivez vous à notre newsletter :


Fais découvrir cet article à tes amis

Ces articles pourraient vous intéresser

Laisser un commentaire

Connectez-vous ;)

2,598FansLike
149FollowersSuivre
49FollowersSuivre

- Un peu de Pub-

Derniers Articles