Header Band

header de 7BD site de chroniques de bande dessinée, comics et mangas

Murder Falcon de Daniel Warren Johnson aux Editions Delcourt

 

Jack joue de la guitare alimantant les pouvoirs de Murder Falcon
couverture de l'album
  Titre: Murder Falcon
  Scénario: Daniel Warren Johnson
  Dessin: Daniel Warren Johnson
  Couleurs: Michaël Spicer
  Editions: Delcourt
  Année: 2020
  Nombre de pages: 180


Résumé de Murder Falcon de Daniel Warren Johnson.

Jack, ex-membre d'un groupe de Heavy Metal depuis dissout, sans copine ni perspective d'avenir, se retrouve au milieu d'une attaque mondiale par des monstres quand apparaît Murder Falcon, gros malabar à tête d'aigle, qui tire sa puissance des notes de Metal joué par Jack sur sa guitare.... 
 
Jack sort sa guitare pour appeler Murder Falcon à la rescousse
planche tirée de l'album

 
 

Un récit d'action fun mais aussi touchant.

Daniel Warren Johnson livre un récit dynamique et touchant, bourré d'action et totalement décomplexé.
L'histoire semble débuter sans réels enjeux hormis se faire plaisir, l'auteur étant lui-même fan de Metal et membre d'un groupe de musique. Mais derrière le côté "gros délire" du début de l'album, se cache un récit plus profond, que certains pourraient trouver naïf comme les métaphores sur le pouvoir du Heavy Metal et de la musique en général, ou encore avec ses "dieux" totems invoqués en jouant d'un instrument afin de combattre les monstres envahissant la terre.
 
En plus de la musique, deux thèmes forts que sont la maladie et la rupture vont venir percuter le récit. Des thèmes bien plus terre à terre qui vont parfaitement s’imbriquer dans l'histoire et aboutir sur une fin touchante et magnifique, porté par un message universel et très personnel (inspiré par ce qu'a vécu l'un de ses proches). Les dialogues fins et drôles participent pleinement au plaisir de lecture jouissif avec ce savant dosage entre fun, sujet sérieux et humour. La caractérisation des différents protagonistes et leurs relations bien que classique fonctionnent plutôt bien même si l'album se concentre surtout sur Jack.

Scène d'action ou monstres affronte les totems invoquer grace à la musique
planche tirée de l'album


Un artiste hors normes.

Véritable plaisir pour les yeux, l'artiste au style si inimitable, montre une fois de plus l’étendue de son talent que ce soit le design incroyable des différents monstres ou bien encore Murder Falcon à la fois improbable mais terriblement efficace et iconique. Les environnements et le gigantisme des monstres sont palpables grâce aux merveilles de planches que nous livre ici DWJ. Sa maitrise des scènes d'action avec ces cadrages nerveux et ses "speedlines" est toujours aussi bluffante, sa mise en page dynamique sert une narration fluide et agréable.

Les couleurs de Michaël Spicer mettent bien en valeur le travail du dessinateur avec de belles ambiances.


Mon avis sur Murder Falcon.

Après l'excellent Extremity, Daniel Warren Johnson revient avec une histoire très personnelle qui m'a tout autant touché que surpris. Sorte d'ode à la musique, ce récit barré qu'on aurait pu croire totalement gratuit, c'est en fait un comics abordant des thèmes forts comme la maladie, le pouvoir de la musique ou la rupture, et il le fait avec intelligence et finesse.
 
Réussir à marier tous ces thèmes dans une aventure jamais niaise mais toujours fun et agréable servi par un dessin superbe, démontre une fois de plus que DWJ est dorénavant un grand artiste et un auteur qui compte outre-Atlantique comme il le démontrera avec son Wonder Woman Dead Earth ou Beta Ray Bill tous deux sorties cette année.

Un très gros coup de cœur !!!

A très vite !

 

Enregistrer un commentaire

0 Commentaires

Rechercher dans ce blog