Header Band

header de 7BD site de chroniques de bande dessinée, comics et mangas

Goldorak est de retour pour une ultime bataille

Nous vous l'annoncions en décembre 2020, Le grand Goldorak est de retour en BD dans la collection Classics des éditions Kana. L'occasion pour certains de retrouver un héros d'enfance et pour d'autre de faire connaissance avec un mythe!

Goldorak est de retour pour une ultime bataille en BD

Titre: Goldorak
Auteurs: Xavier Dorison (scénario), Denis Bajram (scénario et dessin), Brice Cossu (dessin), Alexis Sentenac (dessin) et Yoann Guillo (couleur) d'après l'oeuvre de Go Nagai
Éditeur: Kana
Année: 2021
Nombre de pages: 170

Goldorak, le retour du robot géant.

Voilà des années que la guerre contre Vega et le grand Stratéguerre a pris fin sur Terre. Forts de cette victoire, Actarus, prince d’Euphor, et sa sœur sont repartis sur leur planète natale pour retrouver les survivants et la reconstruire.
Pendant ce temps sur Terre, tout le monde a retrouvé une vie normale. Alcor est devenu millionnaire et gère une société high tech, tandis que Vénusia est interne en médecine.
Tous savourent la paix, jusqu’au jour où un vaisseau ennemi apparaît dans le ciel japonais et un Golgoth attaque.
Seuls face à l’engin le plus puissant construit par l’ennemi, nommé Hydragon, les terriens se sentent perdus. Les avions et véhicules de l’armée ne parviennent même pas à effleurer le géant.
C’est alors que le chef ennemi propose la paix. En échange, il demande à tous les humains de quitter le Japon sous sept jours pour y installer sa colonie. Dans le cas contraire, les japonais seront exterminés.
Le seul espoir qu’il reste au peuple nippon serait un retour de Goldorak. Mais celui-ci est parti depuis bien longtemps, les laissant impuissants face à un Golgoth de cet acabit.
Et si Goldorak était revenu ?
Et si Actarus était là ?
La patrouille des aigles et Goldorak pourraient alors lutter une nouvelle fois ensemble, pour la liberté !

Goldorak: Un vaisseau de Vega apparait sur la lune et se dirige vers la Terre

Goldorak : le prince d’Euphor est de retour dans un one shot qui dépote.

Goldorak: une BD française

C’est en BD et grâce à des auteurs français que Goldorak, le robot héro de la fin des années 70 renaît aujourd’hui, avec l’accord du mangaka Go Nagai.
Au scénario, Xavier Dorison épaulé par Denis Bajram place son histoire des années après la fin de la série animée.
Ainsi les auteurs, fan de la série, n’ont pas voulu s’insérer dans l'œuvre de Go Nagai en proposant un épisode en plein milieu de la série existante. Ils ont voulu rendre hommage à l’œuvre du maître et se positionnent en dehors de la temporalité du Goldorak que nous connaissons.

Actarus est de retour.

Au début de la BD, les auteurs nous proposent un résumé de la série animée sous forme de texte. A la fin de celle-ci, nous apprenons qu’Actarus et sa sœur sont rentrés sur Euphor, avec Goldorak. En tant que prince de la planète c’était le devoir d’Actarus, même s’il a dû abandonner ses amis et sa famille terrienne.

Les scénaristes nous présentent alors ce que sont devenus les personnages sur la Terre. Chacun a continué sa petite vie. Le calme et la paix sont revenus sur la planète bleue.
Et c’est là que de nouveau la Terre et en particulier le Japon sont attaqués par les vaisseaux ennemis.
Très vite nous apprenons qu’Actarus aussi a fait son grand retour. Au fil des pages les auteurs distillent des informations sur les évènements qui ont suivi le retour du prince sur Euphor. D’autant qu’il semble porter un lourd secret, quelque chose d’assez important pour que sa neuro-connexion avec Goldorak en soit éprouvée.

Le grand retour de Goldorak en BD

Goldorak Go !

Avec Actarus c’est aussi le retour de Goldorak qui marque tous les espoirs humains face à l’attaque ennemi. Mais ce retour se fait désirer.
Le lecteur (re)découvre alors les capacités du robot géant lors des combats face au Golgoth Hydragon.
C’est aussi l’occasion de former à nouveau l’association avec la patrouille des aigles et leurs vaisseaux, fleuron de la technologie humaine, qui peuvent s’assembler à Goldorak.

Et bien sûr nous retrouvons tous les lancements d’attaques prononcés par les héros: Fulguro-poing, Astéro-Haches, missiles omega, deltalame….

Goldorak : guerre et paix

Dans l’animé nous apprenons comment Actarus a volé Goldorak pour s’échapper sur Terre. Nous suivons ensuite comment il se pose en défenseur de la Terre face aux forces de Vega. Et finalement le prince d’Euphor gagne cette guerre et rentre sur sa planète natale.

Dans la BD nous apprenons qu’une nouvelle guerre a eu lieu sur Euphor après le retour d’Actarus.
Puis c’est sur Terre que l’action vient se dérouler. Les rescapés de Vega veulent s’installer au Japon et ils ont une façon toute particulière de proposer la paix. Soit les japonais quittent l’archipel, soit ils se font exterminer.

C’était sans compter sur le retour de Goldorak sur la planète bleue. Une fois de plus, il va défendre son peuple d’adoption. Mais Actarus est las de toutes ces batailles, il est marqué par les nombreuses vies perdues, et notamment celles qu’il a dû prendre lui-même.
Alors pour une fois, au lieu de livrer bataille, Actarus envisage la paix avec ses ennemis, quitte à mettre sa propre vie dans la balance.

Goldorak: de l’animé à la BD

L’édition BD du robot géant Goldorak

A l’origine Goldorak est un animé de 74 épisodes que nous avons eu l’occasion de voir sur les écrans français à la fin des années 70 jusqu’aux années 90.
Il n’y a eu finalement que très peu de mangas (5 volumes) de Goldorak qui est une série qui n’a pas très bien marché au Japon.
Mais ici c’est une bande dessinée que nous présentons. L'édition est donc au format BD en A4, dans le sens de lecture français, avec un découpage quelque peu différent des mangas.
C’est aussi une chance que nous avons de pouvoir lire ce titre entièrement en couleur et sur papier glacé en France.
Dans la version classique de la BD, l’ouvrage compte 168 pages dont une quinzaine de pages bonus qui nous plongent dans l’atelier des auteurs.

Il existe aussi un tirage limité d’une édition collector (100 000 exemplaires), dans un format plus grand, avec une quinzaine de pages supplémentaires et incluant un tiré à part du « plan » de Goldorak.

Le coffret collector de la BD Goldorak aux éditions Kana

Le dessin de Goldorak

Une des grandes différences entre la BD et le manga, en dehors du découpage, c’est le graphisme.
Les auteurs ont dû adapter les personnages de façon à ce qu’ils gardent leurs caractéristiques et qu’on puisse les reconnaître, tout en ayant un style graphique de bande dessinée.
Alors bien sûr Goldorak est un robot, il reste Goldorak, et le mecha version fr est fidèle à la vo japonaise. 

C’est au niveau des personnages humains que tout se joue. D’autant que quelques années ont passé, qu’ils ont vieilli et que certains, enfants à l’époque sont devenus adultes.
Et c’est avec brio que Brice Cossu, Alexis Sentenac et Denis Bajram ont su relever ce défi et s’approprier les personnages et l’univers de de Go Nagai.
La couleur proposée par Yoann Guillo est elle aussi plutôt exceptionnelle et nous replonge dans l’animé.
Le titre Goldorak d’antan est vraiment dépoussiéré et restylé par les auteurs. 
Les scènes d’action sont dynamiques. Les combats sont explosifs. L’ensemble est très cohérent, avec à la fois une part de réalisme et de science-fiction.
Un mélange très bien dosé par le groupe d’auteurs.



La bande annonce vidéo de la BD Goldorak.


La conférence de presse du lancement de Goldorak

Retrouvez les cinq auteurs de la BD lors de la conférence de presse de lancement de Goldorak. Découvrez-en plus sur la genèse de cette bande dessinée.


Goldorak Go: un retour gagnant ? Mon avis

Mon avis sur la BD Goldorak.

Pour ma part, je suis né en 82 (comme Brice Cossu) et j’ai connu les rediffusions de Goldorak à la télé lorsque j’étais gamin. Pourtant je n’ai pas souvenir d’avoir vu la série jusqu’à la fin. A cette époque, les diffusions ne se faisaient pas tout à fait comme aujourd’hui.

Goldorak est donc un des héros qui ont bercé mon enfance, certes moins que Dragon Ball ou Saint Seiya, mais avec des séries comme Albator, Jayce et les conquérants de la lumière, Ulysse 31… Goldorak a participé à mon amour du dessin animé, du manga et puis finalement de la BD en général.
C’est donc avec un plaisir immense que j'ai pris l’annonce de la création de cette BD en décembre l’année dernière. D’autant que les auteurs nommés aux manettes du projet sont tous des bons ! D’ailleurs, pour la petite anecdote,  Brice Cossu aura été un des premiers auteurs à m’avoir fait une dédicace lors d’un festival du côté de Bordeaux il y a quelques années.

Bref, je suis dans la cible du lecteur nostalgique.

Et j’ai adoré cette BD de Goldorak. Le scénario est génial, les choses sont bien amenées. Le retour de Goldorak, dans la BD, se fait attendre de façon à renouer le lien avec les personnages dans la première partie de lecture. Cela joue en même temps sur l'impatience de le voir apparaître. Aux premières images suggérant Goldorak, j’ai eu des frissons.
J’ai trouvé l’image où on le voit en ombre sous l’eau avec simplement les yeux et le poitrail illuminés d’une grande force.

Il y a quelque chose de cinématographique dans la mise en scène et le déroulement de l’histoire, si bien que cette bande dessinée pourrait être transposée sur grand écran assez facilement.
Jusqu’au bout on ne boude pas notre plaisir puisqu’on termine avec des pages bonus qui nous montrent une partie de l’envers du décor. Et j’adore ça!

Je salue donc l’excellent travail mené par les cinq auteurs de la BD Goldorak.
Et je remercie aussi les éditions Kana avec cette collection “Classics”. Après un très réussi Albator, Goldorak m'a lui aussi régalé. Vivement les prochains titres…

Goldorak : une scène culte du dessin animé, dans la BD

Conclusion : retour gagnant ou pas?

Est-ce un retour gagnant pour le robot géant ?
Pour moi comme pour tous les nostalgiques, je pense que la réponse est clairement oui.

Maintenant il y a deux autres types de lecteurs chez les plus jeunes, qui n’ont pas connu Goldorak à la télé. Les lecteurs de BD et les lecteurs de mangas (qui ne sont pas toujours les mêmes). 
Dans les deux cas, n’ayant pas le background, et malgré la page de résumé au tout début du livre, je pense que certains de ces lecteurs peuvent se sentir perdus. Ils arrivent directement dans un épisode de conclusion, sans avoir connaissance de toute l’histoire des 74 épisodes précédents. De ce point de vue, il y a des références dans le scénario qui leur manqueront. 

Du fait du format BD, il est possible que les lecteurs de manga aient plus de difficultés à apprécier ce Goldorak.
Pourtant la BD peut aussi très bien se lire comme un tome unique et cela ne posera aucun problème à beaucoup.

Mais une chose est sûre, visuellement et graphiquement, je pense qu’il est compliqué de ne pas trouver cette BD magnifique.

En conclusion, j’ai trouvé que Goldorak est une excellente BD, avec un scénario béton et des dessins et couleurs magnifiques. Un retour gagnant pour les nostalgiques, une découverte pour les moins de 40 ans. 
Cette lecture m’a donné envie de revoir la série animée, et une chose est sûre, j’ai le générique de Noam dans la tête depuis deux semaines! (je vous le partage ;) )

Générique du Goldorak de Noam


Juju Gribouille

Enregistrer un commentaire

2 Commentaires

Unknown a dit…
Lire ton article me fait directement retombé en enfance. merci pour ce partage et ce nouvel éclairage. Effectivement, quand j'y pense, je regardais également les épisodes de Goldorak sans vraiment comprendre leur origine et objectif, dans mes souvenirs d'enfants, je sais juste qu'il combattait les méchants. Ton article m'a appris bien des choses. Merci
Juju Gribouille a dit…
Merci. Ravi que l'article t'ait plu.

Rechercher dans ce blog