Header Band

header de 7BD site de chroniques de bande dessinée, comics et mangas

CONAN, L'heure du dragon de Roy Thomas, Gil Kane et John Buscema aux éditions PaniniComics.

Couverture de CONAN, L'heure du dragon.
Couverture de CONAN, L'heure du dragon. 
 
  Titre: Conan, l'heure du dragon.
  Scénario: Roy Thomas
  Dessin: Gil Kane, John Buscema
  Editions: PaniniComics
  Année: 2021
  Nombre de pages: 288
 
 

Résumé de CONAN, l'heure du dragon de Roy Thomas, Gil Kane et John Buscema: 

Conan, Roi d'Aquilonia, va devoir affronter le sorcier Xaltotun d'Acheron, mort il y a 3000 ans, et ressuscité par le prêtre Orastre grâce aux pouvoirs incroyables du Coeur d'Ahrimanet (artefact magique et lumineux).
Le maléfique Xaltotun va prendre la tête de ce complot politique, véritable cabale contre Conan, afin de tuer notre héros et récupérer son royaume...

Conan affronte le maléfique Xaltotun

Roy Thomas à la manœuvre:

Roy Thomas, ex-rédac chef chez Marvel au milieu des années 70, fut un auteur majeur de l'éditeur en écrivant pour des titres comme Iron Man, Captain America, Daredevil ou Avengers... Mais il est aussi connu pour avoir adapté Conan en comics, en lançant la série début 70 avec Barry Windsor-Smith au dessin. Le scénariste va sublimer l'univers de notre barbare pour en faire un titre à succès, apportant sa science du dialogue et du rythme tout au long de ses années sur la série. 

S'appuyant sur le roman du même nom, écris par la main de Robert E.Howard créateur de Conan, Roy Thomas livre un récit incroyable fait d'innombrables rebondissements et de combats dantesques. Les dialogues sont efficaces et les événements s'enchainent sans temps mort. Maitrisant à la perfection son univers et son personnage, le scénariste livre un travail d’une grande qualité, soulignant le charisme et l'esprit vif de notre héros au courage sans faille et à la force légendaire, évitant d'en faire un stupide colosse dénué d'esprit. Évidemment, on remarque assez vite que le titre date des années 70, notamment à cause du grand nombre de texte et pensés présent par moments. Malgré tout, cela ne gêne en rien la lecture, ni ne casse le rythme du récit, preuve si l'en est de l'excellent travail de Roy Thomas.

Illustration en noir et blanc de Conan, assis sur un rocher, sombre et menaçant avec son épéé
Image by Heritage Auctions, HA.com


Un grand artiste et une Légende...

L'atout majeur de l'album est la présence de Gil Kane et de John Buscema au dessin, chacun dessinant une moitié de l'album. Gil Kane, qui s'occupe des cinq premiers épisodes, a travaillé sur de nombreuses séries chez Marvel comme Spider-man, Ghost Rider, Captain Marvel entre autres, co-créateur notamment d'Iron Fist. Avec son style académique, il livre un travail impressionnant, avec de superbes pleines pages, et un soin particulier sur les visages et les expressions. Sa mise en scène est agréable avec des découpages dynamiques, et un dessin vif et ciselé. Pas loin d’être ce qui se faisait de mieux à l’époque, de nombreux artistes s'inspirèrent de son travail, son style n'a d'ailleurs que peu vieilli et garde un certain charme.

Mais selon moi, l'artiste qui prend le relais reste le meilleur dessinateur ayant travaillé sur Conan. John Buscema, a lui aussi travaillé de nombreuses années pour Marvel, devenant l'un des piliers de la Maison des Idées et travaillant sur tous les plus gros titres de l’éditeur (Avengers, Spider-man, Silver Surfer, Fantastic Four, Thor, Wolverine...). Préférant l'univers de la fantasy à celui des superhéros, il fit le choix de s'orienter vers la série Conan, et s'y consacra en majorité pendant près de quinze ans. Le trait de Buscema est avant tout incroyablement iconique et possède une énergie folle, souvent comparé à Burne Hogarth (Tarzan), avec des poses très dynamiques qu'on pourrait qualifier de nos jours de "badass". Sa mise en scène, notamment sur les phases d'action, est particulièrement efficace. Il a aussi donné une "gueule" à Conan, immédiatement reconnaissable, comme Olivier Coipel le fera avec Thor bien des années plus tard. Son Conan, large d’épaules avec sa longue chevelure noire dégage une aura et une puissance "bestiale". Son regard sombre et perçant donne un charisme fou à notre héros. A noter que si les épisodes de Gil Kane sont en couleurs, la fin de la saga illustrée par Buscema est en noir et blanc, renforçant l'impact de ses planches, d'ailleurs l'artiste est encré sur ces épisodes par son jeune frère, Sal Buscema, qui deviendra un artiste régulier chez Marvel sans jamais atteindre le génie de son frère aîné.
 
Conan, habillé en pecheur, arrive discrètement en bateau en terre ennemie...
planche extraite de l'album


 

Mon avis sur CONAN, l'heure du dragon de Roy Thomas, Gil Kane et John Buscema:

Roy Thomas adapte ici le seul roman écrit par le créateur de Conan, Robert E.Howard, le reste des aventures du barbare n'étant composé que de nouvelles. Bien sur, le style d'écriture de l'époque apparaît légèrement en décalage avec ce qui se fait de nos jours, et certains pourraient lui reprocher son côté verbeux mais le charme opère toujours. Au dessin, Gil Kane assure le spectacle mais l’interprétation iconique de John Buscema reste selon moi la version ultime et définitive du personnage (malgré d'immenses talents ayant travaillé sur le titre comme Barry Windsor-Smith, Gil Kane ou plus récemment Mahmud Asrar).
 
Ce recueil, en plus de proposer l'adaptation du roman, accueille également les annuals 4 et 5 de 1978 et 1979 qui possèdent un lien direct avec le récit, offrant une conclusion à certaines intrigues laissées en suspens à la fin du récit. Au final, on retrouve un contenu complet et copieux autour de cette saga majeure de Conan, faisant de cet album un "must-have" pour tout fan du barbare.
 
A très vite,
 

 

Inscrivez-vous à notre Newsletter :

Enregistrer un commentaire

0 Commentaires

Rechercher dans ce blog