Header Band

header de 7BD site de chroniques de bande dessinée, comics et mangas

L' étrange cas Barbora Š de Marek Šindelka, Vojtěch Mašek et Marek Pokorný aux éditions Denoël

L'étrange cas Barbora Š aux éditions Denoël
Titre : L'étrange cas Barbora Š
Scénario : Marek Šindelka et Vojtěch Mašek
Dessins : Marek Pokorný
Editions : Denoël
Année : 2020
Nombre de pages : 208

Résumé de "L'étrange cas Barbora Š" : 


En République Tchèque, courant mai 2007, les interférences d'un baby phone permet à un père de famille d'intercepter des images d'un enfant couché sur le sol, nu et menotté, dans le sous-sol d'une maison voisine.
Aussitôt cet homme le signal. La mère de l'enfant est alors immédiatement arrêtée.
Anna, 13 ans, l'une des filles présumées (adoptée) de la mère inculpée s'enfuit lorsqu'elle est placée. 
L'enquête policière révélera alors que la soit disant fillette est en fait une femme de 33 ans dénommée Barbora Škrlova. 
Eu égard au mobile étrange et au passé trouble de Barbora, le scandale éclate et enflamme les médias. Seulement personne ne comprendra le mobile pour de tels actes.
Quelques mois plus tard, Barbora Škrlova sera retrouvée en Norvège, se faisant passer cette fois-ci pour un garçon de 13 ans nommé Adam...
Inspirés de l'affaire de Kuřim, dans cette BD, les auteurs ont retracé les faits d'un œil nouveau, pour essayer de conclure à un mobile... Ou pas...

Mon avis sur "L'étrange cas Barbora Š" :

Pour les amateurs cinématographiques, vous aurez probablement vu l'effrayant thriller "Esther" qui traite du même sujet, inspiré par un fait divers des plus étranges.
Et pour ceux qui n'aurait pas visionné ce film, attendez-vous à un choc. 
Cela a été mon cas, je n'arrive toujours pas à assimiler cette incroyable histoire que les auteurs tchèques, qui étaient au cœur de l'actu, nous relatent.

L'étrange cas Barbora Š aux éditions Denoël page 60
Planche 60 de la BD

Le scénario de Marek Šindelka et Vojtěch Mašek pour "L'étrange cas Barbora Š” : 

Vous l'aurez compris, les auteurs n'ont pas tout inventé de leur scénario. Ils se sont basés sur la véritable et bizarre histoire de Barbora Škrlova.
Ainsi, de par le biais d'une enquête journalistique de la protagoniste, et avec un suspense démesuré et haletant, ils reviennent sur les évènements marquants de cette histoire.
Ils énumèrent et interprètent épisode par épisode les évènements afin d'essayer de donner du sens à cette sordide affaire.
L'idée de l'investigation de la reporter permet ainsi de dérouler, morceaux par morceaux, le fil de l'histoire, à mesure des découvertes de l'héroïne.
Les deux écrivains jouent évidemment beaucoup sur les rétrospectives pour conter le scandale. 
D'un autre côté, ils focalisent aussi beaucoup les lecteurs sur l'aspect psychologique des faits, car le mobile pour de tels actes n'a jamais été trouvé. 
A l'image de l'interprète, en avançant dans la lecture, vous allez être captivé par le récit mais surtout finir obnubilé, pour finir par vous poser la question: Mais que serait-il arrivé si le baby phone n'avait pas buggé, ou si le père de famille n'avez pas vu le baby-phone pendant les interférences ?
Et bien figurez-vous que même à cette question les auteurs y ont réfléchi...
De plus, outre le travail de "reportage", les scénaristes ont eu l'extrêmement brillante et merveilleuse idée d'y mêler une double intrigue dont l'héroïne devient victime...
Le final de la BD devient ainsi une apothéose psychologique phénoménale !

Ce mélange dramatique, psychologique, politique, sectaire, etc.…, tout en soutenant une certaine angoisse, est d'un délice intellectuel véritablement savoureux.

L'étrange cas Barbora Š aux éditions Denoël page 50
Planche 50 de la BD

Le dessin de Marek Pokorný pour "L'étrange cas Barbora Š” :

Le dessin de Marek Pokorný est vraiment exceptionnel due à sa variété graphique tout du long du récit.
Son style varie selon si l'épisode raconté est actuel, passé, lié à l'enfance etc...
Pour ce qui est de l'enquête journalistique de l'héroïne Andréa, au présent, le style est réaliste avec un trait fin et fluide, bien détaillé portant beaucoup sur les émotions mais avec des couleurs à tendances froides afin d'accentuer l'angoisse, l'obsession et le mal-être.
Les faits racontés, donc au passé, sont relatés dans des tons sépia classiques pour illustrer l'antan. Le trait est encore plus travaillé, fin et réaliste.
Il existe aussi des passages avec un style beaucoup plus enfantin et coloré pour accompagner la soi-disant "jeunesse" de Barbora Škrlova.
Bref, ce roman graphique de 208 pages, démontre d'un talent incomparable du dessinateur en terme de techniques de dessin. 
On en prend plein la vue et cela attise d'autant plus la curiosité pour suivre l'évolution de l'histoire avec les procédés graphiques associés à chaque épisode. 
Et il s'avère que tous les choix sont véritablement judicieux, et les compositions sont maîtrisées avec maestria jusqu'au moindre détail !!
Pour corser le tout, les choix de plan et perspectives sont audacieux et incroyablement diversifiés. Tout est travaillé admirablement. 
Le découpage donne un rythme particulièrement haletant et soutenu, allant de la pleine page hyper détaillée au gaufrier de 48 cases simplifié.
A noter aussi l'incroyable réalisation de couverture, ou chaque case est un dessin indépendant, mais l'ensemble mis bout à bout révèle un personnage plutôt inquiétant. 
Une véritable œuvre d'art en soi.
J'ai rarement été bluffé par un tel travail. 
Cette œuvre prouve que Marek Pokorný a incontestablement sa place parmi les grands illustrateurs !

Planche 67 de la BD


Cette BD a été élue "meilleure bande dessinée" 2018 en république tchèque
Cet ouvrage est l'un des meilleurs thrillers graphiques que j'ai pu lire à ce jour !

Ciao
Yann

Inscrivez-vous à notre Newsletter :

Publier un commentaire

0 Commentaires

Rechercher dans ce blog