Header Band

header de 7BD site de chroniques de bande dessinée, comics et mangas

Inguinis Oracle - Au nom du cirque - tome 1

Après un premier diptyque où nous avions suivi la vie de la belle Artémis, Katia Even et Nicolas Guenet remettent le couvert avec un deuxième titre: "Inguinis Oracle". Une série nous plongeant dans la Rome antique, prévue également en deux tomes.

BD - Inguinis Oracle - couverture du tome 1: Au nom du Cirque
Série: Inguinis Oracle
Titre: Au nom du cirque - tome 1
Auteurs: Katia Even (scénario) et Nicolas Guenet (dessin et couleur)
Éditeur: Tabou
Année: 2020
Nombre de pages: 48
Public averti

Rome, pays du cirque et des vierges sacrées.

Gaïus est un jeune romain. Il aime à passer ses nuits au lupanar. Pourtant sa mère tente de le responsabiliser. Elle est courtisée par Cécile un noble voulant mettre la main sur la gestion de son cirque. Mais elle ne l'entend pas de cette oreille et souhaite que son héritage revienne à son fils Gaïus.
Éconduit, Cécile se défoule lui aussi au lupanar, entouré par plusieurs femmes qui semblent apprécier son enthousiasme.

Puis un jour, la mère de Gaïus décède. Ce dernier n'est pas prêt et vit mal la situation. Il tombe alors dans de mauvais travers. Alcool et femmes deviennent son quotidien, jusqu'au jour où il est placé sous la protection d'une belle vestale.
Protectrice du feu sacré et garante de pureté, le destin de Lucinia la vestale, et de Gaïus est sur le point de changer.

Inguinis Oracle tome 1 - La rencontre entre Gaïus et Licinia la vestale

De la Grèce à la Rome antique

Après un premier cycle romain, cette fois encore c'est au temps de la Rome Antique que nous mènent Katia Even et Nicolas Guenet.
L'histoire est celle d'un jeune garçon et d'une vestale (prêtresse dédiée à la déesse Vesta). 
Gaïus, le garçon, perd sa mère et se retrouve seul, héritant de responsabilités qui le dépassent. Amateur de femmes et de rapports charnels, il passe beaucoup de temps au lupanar.
Un jour il rencontre Licinia une vestale. Celle-ci doit rester vierge, mais entretient une relation intime avec sa maîtresse. Sa rencontre avec Gaïus lui fera éprouver du désir et ébranlera ses convictions.

C'est aussi une histoire de vengeance et de pouvoir. Cécile (un homme) avant même la mort de la mère de Gaïus, voulait prendre possession du cirque. Après le décès de la matriarche, il essaiera par tous les moyens de devenir le gestionnaire à la place de Gaïus.

Inguinis Oracle tome 1 - Cécile (un homme) se défoule au lupanar avec trois femmes après s'être fait éconduire Inguinis Oracle tome 1 - Gaïus passe une grande partie de ses soirée au lupanar, entouré de femmes et à boire

Ingunis Oracle et la vie libérée de la Rome Antique

Inguinis Oracle, tout comme la BD Inguinis avant elle, est une bande dessinée pour adulte.
Nicolas Guenet, le dessinateur, a un trait ultra réaliste. Ses personnages sont musclés et ont des corps sculpturaux. Les hommes ressemblent à des statues grecques, où chaque muscle est mis en évidence. Les femmes quant à elles sont callipyges et ont des formes généreuses. Et tous semblent apprécier le sexe.

Dans ce tome de la BD, on voit que les nuits à Rome à cette époque étaient torrides. Les personnages se retrouvent régulièrement au lupanar (maison de prostitution de l'époque). Les scènes de sexe sont explicites. Les relations sont parfois (souvent) avec plusieurs partenaires. Les héros participent à des orgies. Le titre Inguinis Oracle est donc une série pornographique, mais sans la violence qu'on peut parfois lui associer.
La vie à l'époque de la Rome Antique était-elle aussi libertine?!

Au niveau de la couleur de la BD, le dessinateur nous propose des ambiances nocturnes et joue sur les lumières, tout comme la couverture le montre. Nous pouvons y voir Gaïus de dos et Licinia en face, séparés par la grande flamme du feu sacré. La scène se passe dans la pénombre et Nicolas Guenet joue avec les ombres et lumières sur ses personnages.

Inguinis Oracle tome 1 - Quand le cirque brûle à l'époque de la Rome Antique

Mon avis sur la BD Inguinis Oracle

Clairement pour lire cette BD, il faut aimer ou apprécier les bandes dessinées érotiques / pornographiques (dans ce cas), ou en tout cas, ne pas être réfractaire aux scènes de sexe.
Je crois que ce tome 1 (Au nom du cirque), est la BD avec le plus de scènes sexuelles qu'il m'ait été donné de lire. D'un autre côté l'ensemble se lit assez vite, même si les dialogues servent l'histoire et ne se limitent pas à des gémissements ou cris comme c'est le cas en général pour ce genre de titre.

Tout comme le premier diptyque, ce sont les éditions Tabou qui nous proposent cette bande dessinée, avec aux manettes le même duo d'auteurs que sur Inguinis.
Katia nous livre ici un scénario intelligent et bien ficelé et nous révèle en même temps la vie à l'époque de la Rome Antique.
De son côté Nicolas Guenet nous dévoile un dessin toujours aussi impeccable. Étonnant de réalisme, le dessin est maîtrisé et l'ensemble est vraiment très beau.

Une bande dessinée qu'il vaut mieux éviter de mettre entre les mains des plus jeunes, et qui sera destinée à un public majeur et vacciné.


Inscrivez vous à notre newsletter :

Enregistrer un commentaire

0 Commentaires

Rechercher dans ce blog