pub

Rechercher dans ce blog

vendredi 27 octobre 2017

Galkidekk Tome 3, le Transfert, la chronique Alcantorienne !

Couverture de "Galkidekk tome 3" de Giroud et Grella chez Delcourt
Série : Galkiddek
Titre : T3 Le Transfert
Auteur : Frank Giroud (scénario), Paolo Grella (dessin)
Editeur : Delcourt
Collection : Hors Collection
Année : 2016
Page : 48


Résumé :
Dans le royaume de Galkiddek, les choses vont de mal en pis. Le roi Galohan pensait retrouver l'âme de son épouse décédée Eloée dans le corps de dame Lill, grâce aux sortilèges de l'alchimiste Alcantor mais l'opération semble avoir échoué ! Qu'à cela ne tienne, Galohan bascule un peu plus dans la folie et condamne sa nouvelle épouse, Dame Lill, à être tuée au fin fond de la forêt par un de ses soldats, Branag, et tant qu'il y est, il bannit à jamais Alcantor du royaume de Galkiddek. Tout peut maintenant rentrer dans l'ordre. Vraiment ?

Mon avis :
Ce tome trois marque l'apogée de la trilogie de Galkiddek. Tout en faisant avancer l'intrigue, il reprend certains éléments clés des tomes précédents. La noirceur de l'histoire prend le pas ici et dès les trois premières pages, alors que Galohan réalise que Lill n'est pas et ne sera probablement jamais Eloée, la violence surgit, une violence liée aussi au courage d'une dame de compagnie pour aider sa maîtresse.
Au cœur de ce maelström de haine et de folie, l'alchimiste devient le personnage principal de tout cet opus. Manipulateur, prévoyant, cynique, avide de vengeance, il avait prédit les horreurs à venir et les a anticipées pour les retourner à son avantage.
Giroud réussit à nous rendre tous les personnages ambigus, et peu aptes à soulever notre sympathie, tout en nous gardant accrochés à cette histoire. Un sacré tour de force. Même le brave Branag, qui semble prendre les bonnes décisions, n'apparaît pas si blanc que cela. Ou alors il est bien bête !
En tout cas, dans les beaux paysages de Galkiddek, l'horreur avance tapie dans l'ombre. Et le dénouement final satisfait sans doute les personnages mais peut laisser le lecteur sur sa faim. Une histoire bien sombre qui a le courage d'aller jusqu'au bout de sa noirceur. Bravo Frank Giroud !

Page de "Galkidekk tome 3" de Giroud et Grella chez Delcourt


Au dessin, Paolo Grella illustre bien cette ambiance sombre. La composition des pages, le cadrage sont au service de la tension qui règne à chaque scène. Le visage de fou, noyé dans le noir et le rouge, de Galohan réalisant l'échec du transfert d'âme, ces enchaînements de dessin qui rappelle les violences passées où le sang prédomine, le brouillard de l'hiver où se détache fugitivement une maison à l'aquarelle, la descente dans le laboratoire d'Alcantor... J'ai des frissons rien que d'y penser. Grella réussit aussi à poser des décors doux, apaisés, augmentant le contraste avec la haine et la violence du récit. Son trait brut, qui semble s'acharner parfois sur une partie du visage, la marquant, ou la démarquant, correspond tout à fait à ce récit que la raison semble avoir désertée.
C'est un travail graphique fort intéressant que Paolo Grella nous propose au travers de ces pages.

Galkiddek vous plongera dans un histoire de dark fantasy, si je puis dire, et cette trilogie se conclut dans un summum de de vengeance. N'hésitez pas à y faire un petit tour, mais attention, vous risquez de perdre l'œil que vous allez y jeter...

Zéda rencontre Alcantor !

"LOVE ALCHEMY", strip de Zéda pour illustrer chronique 7BD sur "Galkidekk tome 3" de Giroud et Grella chez Delcourt


David

Inscrivez vous à notre newsletter :

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Si tu as un avis à donner, c'est le moment ou jamais!