mardi 31 janvier 2023

Offrez-nous un café

Julio Popper de Matz et Chemineau

Rue de Sèvres
Titre: Julio Popper – Le dernier roi de terre de feu
Dessin: Léonard Chemineau
Scénario : Alexis Nolent alias Matz
Éditeur: Rue de Sèvres
Année: 2015
Nombres de pages: 104

Résumé :

1886, Argentine, Julio Popper, grand voyageur, ingénieur en génie civil et aventurier, débarque en Patagonie.


A l’inverse des chercheurs d’or cupides et sans scrupules de l’époque, Julio Popper monte un projet scientifique pour prospecter, avec de grands moyens et sous couvert d’autorité gouvernementale, de l’or.

Il réussit donc à convaincre le président Roca avec l’aide de ses relations de la « haute société ».

Les 2 parties en ont pour leurs comptes : l’état y voit le moyen d’assoir sa domination dans cette région reculée encore sauvage, et Julio Popper devient propriétaire légal de terre pour une prospection d’or, le tout sous couvert officiel d’une mission scientifique pour cartographier la Patagonie.

Et voilà donc Julio Popper parti en expédition, avec son ami ingénieur des mines Don Julio Carlsson et une garnison d’hommes armés pour une protection contre les éventuels attaques des indigènes autochtones.

Une aventure commence…

Mon avis :

Voilà une BD comme je les aime.
Une œuvre que l’on n’attend pas et qui nous apporte beaucoup culturellement.
Un récit qui nous fait découvrir l’histoire autrement, et surtout ailleurs, et qui nous rappelle que notre pays n’est pas le centre du monde et que de grands épisodes de l’histoire se sont aussi déroulés dans d’autres contrées, et que les grands hommes ne sont pas uniquement les Napoléon, De Gaulle etc….
Bref j’ai découvert l’histoire d’un homme, dans un autre pays, qui m’était jusqu’alors totalement inconnue.

La couverture :

La couverture est simple : un portrait, gros plan, du héros annonçant ainsi habilement le sujet de l’œuvre en un clin d’œil.
Les couleurs accompagnent habilement le titre évocateur : ce rouge feu dominant de la chevelure, ce froid sombre du manteau, et ces tons désertiques d’arrière-plan.
Julio Popper bd planche 24

Le dessin, le style, les couleurs, la mise en scène :

Le dessin est beau avec un trait fin, délicat, léger et peu encombré par des détails mais avec le juste nécessaire. Certains arrières plans sont à couper le souffle, quand on voit la finesse du trait pour dessiner une carte sur un mur, une ville vue de haut, un trimât en ligne d’horizon sur la mer etc…
Les personnages sont bien typés et ont tous une personnalité bien marquée visible aux coups de crayon.
Le style et les couleurs en aquarelle donnent chaud au cœur et nous font penser à des carnets de voyages, pour une capture de l’instant présent.
Les couleurs sont magnifiquement bien choisies. Les contrastes entre les couleurs variées et chaudes des scènes citadines, et les couleurs froides, ternes et tristes des déserts, plaines ou océans sauvages, sont flagrants mais enchanteurs.
Les jeux de lumière, les dégradés et les clair-obscur ont la part belle dans cet ouvrage. Ils donnent du relief aux paysages somptueux, de la vie à ces océans glacials, du mouvement dans ces plaines désertiques. Ils intensifient les expressions des visages, la rudesse des corps travaillés par les conditions climatiques et ils mettent en avant l’expérience de la vie de chaque personnage (courte ou longue, aventurière ou roturière, etc…). Bref le travail sur ces effets est exceptionnel !
Les mises en scène sont somptueuses avec de bons travaux de perspective avec leurs points de fuite.
L’alternance de gros plans, plans d’ensemble, plongée et contre plongée, les débordements de dessins maîtrisés, et surtout cette diversité de scènes et d’environnement révèlent et confortent totalement le talent de Léonard Chemineau.
Bravo l’artiste !
Julio Popper BD planche 13

Le scénario, le découpage :

Matz est vraiment un scénariste hors pair, il a su nous raconter l’histoire de cet homme extraordinaire (Julio Popper) sans tomber dans tous les clichés qu’on lui prête (Clichés sur Julio Popper).

Il n’y a aucun parti pris dans le scénario, l’auteur reste neutre et se borne à raconter d’une excellente manière l’aventure peu ordinaire de cet individu marginal.
Matz réussi, à travers son récit, à nous mettre en admiration devant ce personnage historique méconnu.
Le cadencement chronologique et le chapitrage sont simplement très bien réalisés.
Le découpage est bluffant, alternant grosses vignettes d’ensembles détaillés, avec d’étroites et longues cases, ou bien de trio de petites vignettes, ou des cases superposées sur des dessins de fond….
Vraiment magnifique !
Julio Popper BD planche 10
Cette BD m’a conquis et a fortement enrichi mon pauvre intellect.
Merci messieurs les auteurs, et merci Rue de Sèvres de nous éditer d’aussi beaux ouvrages !!
Ce Julio Popper était vraiment un homme exceptionnel, peut être visionnaire ou totalement mégalomane, ce secret restera dans le passé, mais une chose est sure, c’était un sacré aventurier, un fin stratège… un homme « historique »….
Alors un bon conseil, n’attendez pas une seconde pour lire cette BD !
Ciao
Yann

Les auteurs de Julio Popper

Alexis Nolent

Rue de Sèvres - photo de Sybylle Nollent
Photo et copyright : Sybylle Nollent

Alexis Nolent, alias Matz, naît à Rouen en 1967 mais grandit en Martinique. Scénariste, romancier, traducteur, concepteur de séries TV et de jeux vidéo, son talent s’exerce dans de nombreux domaines. Imprégnées des influences multiples de Kafka, Cervantes et Sergio Leone, ses œuvres sont remarquablement sombres, loin du soleil des Antilles. Il vit aujourd’hui à Paris.

Léonard Chemineau

Rue de Sèvres

Né en 1982, Léonard Chemineau se fait remarquer pour la première fois au concours Jeunes Talents 2009 du festival d’Angoulême. Ingénieur de formation, il est spécialiste de l’environnement et du développement durable, mais choisit de se consacrer aujourd’hui à la bande dessinée. Il vit à Versailles.

Fais découvrir cet article à tes amis
Yanndallex
Yanndallex
Je suis évidemment un passionné de BD depuis ma jeunesse. Un malheureux accident de vélo ma valu quelques jours d’hospitalisation. Ainsi ma famille, pour me faire passer le temps à l’hopital, m’offrit des exemplaires de la série des Tuniques Bleues. Cette série a été une révélation ! J’étais émerveillé de pouvoir lire des histoires humoristiques liées à des évènements dramatiques (la guerre de sécession, le racisme etc…). Je me régalais à suivre les aventures de mon personnage favori le caporal Blutch. Puis vint la pleine adolescence pour découvrir des séries plus sérieuses, ou toujours humoristiques, d’héroïque fantasy, SF ou policières (XIII, Thorgal, la quête de l’oiseau du temps, le grand pouvoir du Chninkel etc…). J’y ai découvert ainsi des styles graphiques plus travaillés, détaillés, réalistes, poétiques etc… une deuxième révélation pour m’ouvrir progressivement à la bd adulte. A ce jour j’aborde chaque nouvel ouvrage comme une surprise, une promesse d’une belle histoire, que l’on aime, ou que l’on n’aime pas. J’ai pris conscience au cours des années qu’une histoire illustrée de 48 pages, ou plus, n’était pas si facile à créer de manière scénaristique mais surtout graphiquement. Le talent n’est pas inné, et à chaque vignette, je contemple d’autant les années de travails des auteurs. J’admire les techniques graphiques (que je ne soupçonne parfois pas du tout), les choix de couleurs ou du noir et blanc, le travail sur les mises en lumière, la conception des mises en scène, le choix des plans, des effets, des perspectives, le découpage élaboré, les transitions des plans séquences etc… Bref mon œil s’est avisé, mais je n’en reste pas moins admiratif du travail réalisé et des sacrifices réalisés par chaque artiste pour offrir du plaisir à son lectorat, et cela même si l’histoire ne m’a pas forcément plu. J’aime aussi souvent à chercher d’où a pu venir l’idée de l’histoire, très souvent inspirée de fait divers, ou de l’histoire avec un grand H. Je suis aussi toujours émerveillé par la diversité des sujets traités par ce média. Cette disparité permet des livres souvent très intimes avec des témoignages poignants et durs, mais aussi de s’enrichir culturellement, s’ouvrir à des expériences inattendues, parfois loufoques et hilarantes, etc… Et elle nous promet encore de grande œuvres !!

CES ARTICLES POURRAIENT T'INTÉRESSER

Laisser un commentaire

CONNECTEZ-VOUS ;)

2,892FansLike
207FollowersSuivre
65FollowersSuivre

Derniers Articles