Header Band

header de 7BD site de chroniques de bande dessinée, comics et mangas

Sa Majesté des Ours, les colonnes de Garuda d'Olivier Vatine, Dobbs et Didier Cassegrain aux éditions Glenat

  
couverture du tome 1 de Sa majesté des Ours avec le roi Artus sur son trône.
Couverture du tome 1

 
 
  Titre: Sa Majesté des Ours, les colonnes de Garuda
  Scénario: Dobbs et Olivier Vatine (idée originale)
  Dessin: Olivier Vatine (storyboard) Didier Cassegrain (dessin/couleurs)
  Editions: Glénat
  Année: 2020
  Nombre de pages: 56

 Résumé de Sa Majesté des Ours, les colonnes de Garuda:

Au petit matin, un pêcheur et son fils Nyx, découvrent un humain mort dans la gueule d'un régalec (sorte d'énorme baleine) échoué sur la plage. Ils ramènent la dépouille devant le roi Ours Arthus, maitre du royaume du nord de Valencyre. Mais le jeune humain, nommé Ifrit, se réveille et leur annonce qu'un grand danger les menace, eux et les autres royaumes animaux. D'aussi loin qu'on s'en souvienne, les royaumes des animaux vivent loin de ces humains dangereux et belliqueux, le Roi Arthus décide alors de convoquer un conseil en urgence et nomme son fils Kodiak comme émissaire à la tête d'une petite troupe afin d'enquêter sur cette menace et de prévenir les royaumes voisins...

Pleine page, bords de mer avec Nyx et son pere s'éloignant dans le sable
planche tirée de l'album


 Un scénario classique mais prometteur:

Ce tome d'introduction nous présente un univers médiéval fantastique sombre, peuplé d'animaux anthropomorphique vivant loin des hommes depuis fort longtemps, où sorcellerie et politique mènent la danse. L'originalité du titre repose en partie sur la coexistence des humains et animaux au sein du même univers. Et c'est notamment l'arrivée du jeune humain Ifrit, mort puis ressuscité par les expériences de Kalygaryd, sorcière et ennemi des royaumes des animaux exilée dans les limbes lors d'un précédent affrontement, qui va être l’élément déclencheur de notre histoire et provoquera le départ de notre petit groupe vers une aventure aussi dangereuse que palpitante.

L'univers est très réussi, il semble vaste et complexe avec des rivalités anciennes et des dangers tout droit sorties d'un roman de "sword and sorcery". Le bestiaire est impressionnant, et notre petit groupe hétéroclite fonctionne parfaitement. On peut aussi souligner le rythme assez rapide du récit qui nous présente assez vite les différents enjeux de l'histoire sans le moindre temps mort. Enfin l’écriture des personnages et leurs relations sonnent juste avec de bons dialogues avec quelques passages assez drôles malgré un ton plutôt mature et sérieux.

Le roi et la court découvre horrifié cet humain finalement bien vivant...
planche tirée de l'album


 Didier Cassegrain....what else ?

Évidemment, l'un des aspects les plus réussis de l'album reste le dessin et les couleurs de l'artiste. On parle souvent de Guarnido comme référence (à raison) pour la bande dessinée anthropomorphique mais Cassegrain lui tient tête. Le style est propre et maitrisé, les couleurs (directes?) sont superbes et le bestiaire est très large.
 
La narration est fluide et lisible, d’ailleurs on peut signaler la présence sur le titre d'Olivier Vatine au storyboard en plus d’être crédité de l’idée originale de l'album. Ce binôme avait d'ailleurs fait des étincelles sur Conan, les clous rouge paru également chez Glénat il n'y a pas si longtemps.
 
Les décors sont bien présents et renforcent la sensation de voyage et de dépaysement, souligné par une très belle mise en page avec des perspectives la aussi renforçant la sensation de dynamisme et de grands espaces de l’album. Les personnages sont incroyablement vivant grâce à leur attitude ainsi que la finesse de leurs expressions. La profusion d'animaux aux gabarits et silhouettes variés donnent une richesse incroyable au récit. 

 Mon avis sur Sa Majesté des Ours, les colonnes de Garuda:

Même si l'histoire peut paraître classique, tout est parfaitement maitrisé et réaliser avec talent. L’univers semble immense et cohérent, les dessins et couleurs sont incroyables et on termine l'album sur un cliffhanger très efficace.

Après Conan et les clous rouge, Olivier Vatine et Didier Cassegrain nous régalent une fois de plus avec cet album magnifique. Aidé par leur compère Dobbs au scénario, le trio nous livre un album excitant qui a n'en pas douter va devenir une des séries à suivre de ces prochaines années!

A très vite !

 

Inscrivez-vous à notre Newsletter :


Enregistrer un commentaire

0 Commentaires

Rechercher dans ce blog