Header Band

header de 7BD site de chroniques de bande dessinée, comics et mangas

Les chimères de Vénus de Alain Ayroles et Etienne Jung aux éditions Rue de Sèvres

Les chimères de Vénus aux éditions Rue de Sèvres
Titre : Les chimères de Vénus Volume 1
Scénario : Alain Ayroles 
dessins : Etienne Jung
Editions : Rue de Sèvres
Année : 2021
Nombre de pages : 56

Résumé de "Les chimères de Vénus Volume 1" de Alain Ayroles et Etienne Jung : 


1873, les prussiens sont déjà allé sur Mars grâce à l’éther.(voir la saga le Château des étoiles et nos articles sur certains tomes ici, par là, et une exposition par ici). 
La technologie de l’éther c’est ainsi développé, et d’autre pays sont partis à la conquête de nouvelles planètes dont les anglais et les français qui se partagent dorénavant la mystérieuse Vénus. 
Hélène Martin, sublime femme et actrice de théâtre, saisi une occasion en or pour voyager jusqu’à Vénus en séduisant le gouverneur et duc de Chouvigny. 
Mais le seul but d’Hélène est de retrouver son amoureux, prisonnier des bagnes de Napoléon III, qui a été contraint d’exilé sur Vénus pour la rendre habitable. 
En effet Vénus est une terre vierge encore pleine de dangers. 
De son coté, le duc de Chouvigny nourrit des ambitions plus obscures et fera aussi tout pour garder la divine Hélène à ses cotés. 

Mon avis sur "Les chimères de Vénus Volume 1" de Alain Ayroles et Etienne Jung:


Les éditions Rue de Sèvres nous réserve souvent de belles surprises. En voilà une magnifique !
Les chimères de Vénus est une série parallèle à la fabuleuse série "le château des étoiles" de Alex Alice, donc dans le même univers.
Mais cette fois-ci aux commandes nous avons les scénariste Alain Ayroles (très connu pour ces sagas/bds "De caps et de crocs", "Garulfo" ou plus récemment l'incroyable "les indes fourbes"), et le dessinateur Etienne Jung (Brüssli, Gargouilles, Auguste et Romulus...).
Evidemment Alex Alice n'est jamais vraiment bien loin...
D'ors et déjà au moins trois volumes sont annoncés !

Les chimères de Vénus aux éditions Rue de Sèvres Page 13
Page 13 extraite de l'album


Coté scénario, ce tome met en place les prémices d'une aventure qui s'annonce trépidante.
L'univers étant déjà bien décrit et travaillé à travers les cycles "le château des étoiles", les deux auteurs n'ont ainsi pas à développer le principe des mécaniques à l'éther.
C'est un sacré gain de temps afin de nous plonger très rapidement sur cette nouvelle planète Vénus, et nous dévoiler peu à peu les merveilles ou les atrocités qu'elle réserve.
Nous découvriront évidemment une planète sauvage et hostile mais avec une végétation luxuriante et une atmosphère respirable à ses pôles.
Mais elle délivre aussi d'autres secrets : Sa faune est terrifiante et ralenti fortement la colonisation.
Donc par souci d'économie, la France décide d'envoyer en main d'œuvre des bagnards !  Les anglais n'approuvent pas…
Vous l'aurez compris, la planète portant le nom de la beauté se révèle donc être un enfer pour un civil, et encore plus pour une muse telle que l'héroïne.
Les intérêts et les caractères des personnages se dévoilent assez rapidement les rendant bien sûr soit très appréciables, soit complètement détestables. 
Et puis il y a les "neutres" qui je l'espère montreront leurs vrais visage dans les prochains opus.
Cette exploration mythique, superbement illustrée, m'a bien évidement fait penser une série de film à succès sur les dinosaures, avec une séquence bien particulière.
Cependant, la fin du volume nous laisse à penser que d'autres étrangetés sont encore à découvrir ! Le cliffhanger est génial mais aussi très frustrant car nous sommes maintenant tout simplement impatient de connaître la suite.

Les chimères de Vénus aux éditions Rue de Sèvres Page 46
Page 46 extraite de l'album


Pour la partie dessin, le trait me semble un peu moins léger que celui d'Alex Alice. 
Les lignes sont plus régulières, franches et anguleuses, mais elles démontrent une belle puissance et assurance. 
Le coup de main est quand même très délicat car le trait n'est pas bien épais et les détails fourmillent.
Les compositions sont parfaitement structurées, chaque espace est comblé. Elles sont de toute beauté !
Les couleurs font, quant à elles, toute la différence, là où Alex Alice nous posait des aquarelles, Etienne Jung nous apporte probablement du numérique !
Elles sont donc bien plus nuancées, vives et uniformes, mais l'assistance informatique a ceci de magique que les dégradés et les effets deviennent spectaculaires et le détail beaucoup plus minutieux.
Les vues d'ensemble et les arrière-plans sont donc majestueux et attirent notre rétine pour notre plus grand bonheur ! 
Je vous recommande ainsi de bien vous attarder sur ces décors qui témoignent de l'énorme travail et de l'impressionnant talent d'Etienne Jung.
Les individualités des personnages sont graphiquement bien réfléchies. 
Chaque protagoniste est reconnaissable immédiatement grâce à des fantaisies physiques, l'un a de belles rouflaquettes, l'autre les yeux d'un bleu perçant, un troisième avec une moustache dites à la française (ou guidon, ou Napoléon III) etc...
L'avantage de cette technique est qu'elle permet au lecteur de ne pas se mélanger les pinceaux quant aux rivalités ou autres anecdotes entre les acteurs.
Le découpage m'a totalement séduit. Il est très original avec de forme de cases variées, pour donner un rythme soutenu, et avec aussi beaucoup d'arrondis et de superpositions. 
L'ensemble peut donner une impression de chaos, mais au final il est très ordonné et fait parfaitement échos au grand désordre orchestré qui peut régner sur la planète mais aussi dans l'espace.

Les chimères de Vénus aux éditions Rue de Sèvres Page 28
Page 28 extraite de l'album


En bref, c'est superbe et ça comblera de bonheur, entre autre, tous les fans du "Château des étoiles".

Ciao
Yann

Et voici une petite vidéo de présentation :



Inscrivez-vous à notre Newsletter :

Enregistrer un commentaire

0 Commentaires

Rechercher dans ce blog