Header Band

header de 7BD site de chroniques de bande dessinée, comics et mangas

La mort à lunettes - une BD de Tome et Goffaux

Lorsqu’un ancien détenu afro-américain rencontre un vieil homme amateur d’échecs, chaque case de ce grand échiquier, que sont les Etats-Unis, compte.

La mort à lunettes de Tome et Goffaux

Titre: La mort à lunettes
Auteurs: Philippe Tome (scénario), Gérard Goffaux (dessin) et Redj (couleur)
Éditeur: Kennes
Année: 2020
Nombre de pages: 72

Road Trip à travers les Etats Unis.

Malcom “Malek” est un ancien détenu, afro-américain musulman. Aujourd’hui il travaille comme technicien de surface dans une église, sa petite amie vient de le quitter et il apprend qu’il est le père d’une adolescente dont il apprend tout juste l'existence.
Dans le même temps, Malek est approché par une jeune sergent qui lui propose de s’engager. En effet l’armée cherche un symbole, et quoi de mieux qu’un homme noir et musulman patriote pour servir la cause.

Un jour Malek rencontre un vieil homme à l’église. Il se nomme Alexander Birke et propose à son nouvel ami de jouer aux échecs.

Ayant besoin d’une voiture pour se rendre sur son lieu d’affectation, Malek demande à Alexander de lui prêter sa voiture. Mais au lieu de cela, le vieil homme lui propose de l’accompagner.
Voilà les deux hommes, que tout oppose, en route ensemble vers Las Vegas.
La mort à lunettes - Malek soldat américain en Afghanisan

La mort à lunette, une BD plus complexe qu’il n’y paraît.

La mort à lunettes est un album complet. Une BD posthume de Philippe Tome aux éditions Kennes.

L’histoire se déroule dans une Amérique post-11 septembre.
L’armée cherche un symbole pour promouvoir l’engagement et identifie Malek: il vient des quartiers pauvres d’Harlem, il est noir et musulman. Dans un contexte raciste, montrer son engagement à la télé servirait à redorer l’image de l’armée.

Malek, le héro est un ancien détenu. Au début de la BD il apprend qu’il a une fille adolescente, abusée par un gradé pédophile de l’armée. Cette nouvelle le pousse à accepter l’offre de l’armée. Cela marque le début de son road-trip vengeur.

Alexander Birke est un vieil homme. Il a connu la Shoah et aime raconter ses histoires à Malek lors de leurs parties d’échec. Le vieillard se prendra assez vite d’affection pour l’ancien tolard et lui propose de l’accompagner.

Deux personnages à l’histoire diamétralement opposée qui se retrouvent à voyager ensemble dans une vieille voiture de collection, à travers les Etats Unis.
La mort à lunettes - Malek ancien détenu à Harlem

Dessin d’une vengeance.

Le dessin de Gérard Goffaux pour cette BD est réaliste.
Les six premières pages servent d’introduction, un flashforward avant de revenir en arrière, sur la présentation de Malek.

Les cases sont ensuite assez riches, et présentent beaucoup de détails, qui ne sautent peut-être pas aux yeux à la première lecture, mais qui ont parfois une certaine symbolique.

Dans un cahier graphique de quelques pages, à la fin de la bande dessinée le dessinateur nous raconte l’histoire de cette œuvre et son amitié avec Tome.
Il nous explique notamment que “La mort à lunettes” comporte beaucoup de champs et contrechamps demandés par le scénariste, ce qui n’a pas facilité le dessin des décors.

C’est la couleur qui donne ensuite du caractère à la BD. Elle est traitée par Régis (aka Redj), un ancien élève de Goffaux. Ce dernier nous explique que la palette graphique a été imposée au coloriste.
Ainsi comme nous le voyons en couverture, le titre est entièrement en niveau de gris/ocre avec seulement quelques touches de rouges pour marquer les moments clés.

La mort à lunettes - la rencontre et le road trip de deux hommes que tout oppose

L'édition limitée de la mort à lunettes

L'édition limitée de la mort à lunettes


Mon avis sur la BD La mort à lunettes.

Quelles sont ces mains d’un vieil homme en train d’essuyer une tache de sang sur ses lunettes?
Voilà ce que je me suis dit en voyant la couverture de la BD.

Ce titre est plus complexe qu’il n’y paraît. Il traite de la rencontre de deux hommes que tout oppose. C’est un road-trip où les deux personnages apprennent à se connaître
La BD dénonce également une armée qui joue avec son image multi-culturelle en prenant un noir musulman comme ambassadeur, n’ayant pas vraiment considération pour lui.
Le road-trip est en même temps une longue route parsemée d’étapes vers une vengeance.
C’est aussi l’histoire d’un père qui découvre qu’il a une fille de quinze ans.

Beaucoup de thèmes que l’on retrouve dans cette soixantaine de pages. Et même l’auteur conseille deux lectures pour apprécier au mieux la bande dessinée.

Graphiquement ce titre est aussi très travaillé. Ça a dû être un vrai défi pour le coloriste d’insuffler cette ambiance.

La richesse du titre en fait je pense un titre à conseiller à des lecteurs avertis.
De mon côté, j’ai apprécié la lecture de la Mort à lunettes.

Bande annonce vidéo de la mort à lunettes.




Inscrivez-vous à notre Newsletter :

Publier un commentaire

0 Commentaires

Rechercher dans ce blog