Header Band

header de 7BD site de chroniques de bande dessinée, comics et mangas

Rork T6 Descente


Titre : Rork T6 Descente
Editeur : Lombard
Auteurs : Andréas
Année : 1992


Résumé :
Des scientifiques isolés dans les neiges du pôle. Ils paniquent. En effet,  quelque chose a frappé l'un d'entre eux, qui gît inanimé à seulement quelques mètres du campement. Victime de quoi ? Que vont faire les autres ? Prendront-ils le risque de sortir à nouveau ?
Quand Rork arrive sur les lieux, ils trouvent les savants dans le coma et repère une étrange piste qui va l'emmener au cœur des solitudes blanches, et surtout dans les profondeurs de l'âme de, de. Oui, d'ailleurs, l'âme de quoi exactement...



Mon avis :
Andréas prend les commandes pour une nouvelle aventure de Rork. Plutôt pour le développement des histoires composant l'univers de Rork. Car Descente s'inscrit dans la lignée de l'histoire amorcée dans les tomes précédents, tout en créant une sorte de brèche narrative. Rork se retrouve seul face à cette entité mystérieuse. Mais pourquoi diantre est-il arrivé au pôle ? Qui l'a prévenu ? Le fait est vite éclipsé pour s'axer sur le vif du sujet : l'isolement. Et le face-à-face avec l'inconnu. L'inconnu géographique, ses grands étendues neigeuses à perte de vue. Mais aussi l'inconnu spatial, puisque Rork doit s'enfoncer dans les entrailles d'un vaisseau venu des cieux. Egalement l'inconnu temporel, car la notion du temps s'efface au fil de l'histoire et surtout l'Inconnu, car Rork est confronté à une entité dont il ne comprend pas le fonctionnement ni les raisonnements. Si raisonnement il y a...  Humaine ? Vivante ? Une ou multiple ? Amie, ennemie ou encore autre chose ?


Ce tome permet à Andréas d'explorer ce qui fait l'âme et de nous emmener avec lui. Comment appliquer ses propres raisonnements, sa propre logique, à quelqu'un dont on ne sait même pas l'origine ? Bien qu'étant humain, Andréas donne une force mystérieuse à l'autre entité, une force qui la déshumanise complètement, pour en faire juste un être vivant, différent. Et encore...
Les seuls autres personnages sont les scientifiques qui nous ramènent au mauvais côté de l'âme humaine. Ils ne restent pas longtemps car ils ouvrent le mystère, sans rien y résoudre, ni même le comprendre.
Ceux qui semblent en savoir le plus sont ces deux oiseaux récurrents présents dans chaque histoire, qui ouvre et ferme le tome. Mais leur dialogue de sourds, leurs échanges à demi-mots nous enfoncent plus dans l'obscurité qu'ils ne nous dévoilent la lumière. Andréas arrive pourtant à les rendre drôles et sympathiques, leur ôtant leur statut de créature omnisciente au-dessus de la race humaine si ignorante. Et c'est tant mieux.
Cette aventure de Rork est plus psychologique que physique, bien que les obstacles prennent une forme physique, Descente reste une quête intérieure. En explorant l'âme d'un autre, Rork explore indirectement son propre esprit.

Même le graphisme joue de cette idée. J'ai toujours eu un faible pour les dessins d'Andréas. J'adore ses traits coupés au couteau, son travail parfois proche de la gravure, sa patte reconnaissable entre mille.
Les couleurs, dans ces grands espaces blancs ou noirs, parviennent à être présentes.
Mais là où Andréas m'a bluffé, c'est par son éternelle exploration du cadrage. Comme à son habitude, l'auteur déconstruit le cadre et inscrit son histoire dans la page. Là encore, je trouve qu'il a réussi son coup. Cette descente est visuelle, Rork s'enfonçant dans le dessin comme dans l'histoire.
Les cases sont parfois abolies, d'autres fois démultipliées à la folie. Et pourtant, il ne s'agit jamais d'un effet pour la frime, mais bel et bien d'une recherche graphique toujours au service de l'histoire et de la psychologie des personnages. Dans notre cas, Rork ou la (les) créature(s).
Si je trouvais le premier tome de cette série un brin classique avec ses historiettes, Je me rappelle encore les titres évocateurs, comme "La Tâche" ou "Le retour de la Tâche", Et bien avec le temps, au fur et à mesure de ces aventures, Rork, et à travers lui, Andréas, a vraiment su m'emporter dans la folie de ce monde occulte et mystérieux. Au point de me donner envie de lire les autres histoires d'Andréas. 

Je ne peux que vous recommander de lire le tome 6 de Rork, Descente. Même si je n'ai pas relu les tomes précédents avant de me replonger dans ce récit, j'ai quand même pu être touché sans aucun souci par l'histoire, et les blancs qu'il reste à combler. Bien au contraire, cela m'a même redonné envie de lire la suite et le début, voire même la série Spin-off déclinée à partir de Rork : Capricorne. Mais ça, c'est une autre histoire...

Publier un commentaire

0 Commentaires

Rechercher dans ce blog