pub

Rechercher dans ce blog

samedi 30 juin 2018

Le Fulgur T3 les Terres Brûlées, la chronique terre-à-terre

couverture de "Le Fulgur T3 Les Terres Brûlées" de Christophe Bec, et Dejan Nenadov chez Soleil
Série : Le Fulgur
Titre: T3 Les Terres Brulées
Auteurs : Christophe Bec (scénario), Dejan Nenadov (dessin), Tanja Cinna (couleur)
Editeur : Soleil
Année : 2018
Pages : 60


Résumé :
La courageuse équipe du Fulgur, toujours ensevelie dans un complexe réseau de grottes sous-marines à moitié immergées, tente de trouver un moyen de remonter à la surface. Ayant déjà perdu un membre de son équipage, Dartel, mais ayant rencontré d'autres ensevelis, Georges Desnières et sa fille Juana, la petite troupe ne perd pas espoir et veut continuer à avancer. Mais le Fulgur est bien trop lourd et volumineux pour emprunter les issues étroites et élevées qui se présentent aux aventuriers des profondeurs...

Mon avis :
Le professeur Claudian et ses amis vont avoir fort à faire avant de remonter à l'extérieur. Ce troisième tome nous ramène à la surface et nous découvrons quelles ont été les conséquences de la catastrophe qui a enseveli le Fulgur. L'ampleur de l'événement est cataclysmique et cela change la donne géographique de tout un pan de la planète.
Alors qu'une telle catastrophe a frappé le monde, que représente le Fulgur et son petit équipage face aux centaines de milliers de morts ? Une nouvelle problématique inconnue de nos héros prend alors place pour le lecteur.
Malheureusement, à mon goût, tout cela se résout un peu trop vite. Le suspense est de courte durée sur les actions de ceux d'en haut, et l'avancée de la petite troupe nous mène certes à un autre mystère mais finalement, selon moi, de peu d'intérêt par rapport à la survie et à la remontée de l'équipe.
L'aventurier Maraval échafaude un nouveau plan très risqué mais comment dire ? Il me manque une dose de tension et de stress. Je trouvais l'ambiance plus oppressante dans le premier tome, où l'inconnu était de mise autour du groupe. Là, c'est toujours le cas mais finalement, rien de nouveau ne vient contrarier nos aventuriers; ils doivent toujours faire face à une nature hostile qui ne se renouvelle plus. Une nature hostile d'ordre géologique...
De plus, l'unité du groupe, même si elle est malmenée, n'est pas foncièrement remise en cause. Le solide caractère de nos héros ne se prête pas à des tensions psychologiques dangereuses. Ce qui m'a aussi un peu manqué.

page de "Le Fulgur T3 Les Terres Brûlées" de Christophe Bec, et Dejan Nenadov chez Soleil
Après les profondeurs angoissante, petit tour dans le monde de la surface...

Le graphisme garde toujours toute sa qualité et l'histoire se termine en beauté avec les magnifiques dessins de Dejan Nenadov et les belles couleurs de Tanja Cinna dont je vous ai déjà amplement parlé dans mes chroniques des deux tomes précédents.

Le Fulgur achève son périple sur une note un peu frustrante. Une si belle aventure à laquelle il manque pourtant juste un souffle d'épique pour s'envoler vraiment haut à mon goût. Il nous reste un petit voyage dépaysant dans les profondeurs de la terre au côté d'un équipage endurci préparé au pire.

Zéda bidouille le Fulgur.

"L'ETHER BRULE" strip de Zéda pour illustrer chronique 7BD sur Le Fulgur T3 Les Terres Brûlées de Christophe Bec, et Dejan Nenadov chez Soleil


David 

 
Inscrivez vous à notre newsletter :

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Si tu as un avis à donner, c'est le moment ou jamais!