pub

Rechercher dans ce blog

mardi 20 mars 2018

Serum, la chronique pentothal

couverture de SERUM de Pedrosa et Gaignard chez Delcourt
Titre: Sérum
Auteurs : Cyril Pedrosa (scénario), Nicolas Gaignard (dessin)
Editeur : Delcourt
Collection : Hors collection
Année : 2017
Pages : 160


Résumé :
Paris, la nuit. Un homme raconte un souvenir à une femme. Enfin, on les entend parler alors que l'on découvre un Paris nocturne étrangement désert et surtout éteint. En fait, des panneaux annoncent une union nationale veillant à réduire les dépenses énergétiques. Et ce Paris semble bien futuriste, par ces zones de transit sombres et métalliques. Le lendemain, un homme, Kader, sort de la ville pour examiner les éoliennes et constate de la corrosion. Un rapport et il continue sa tournée. Le soir, un nouvel employé, Nils, propose à Kader de se joindre à son pot de bienvenue. Kader refuse rudement et s'en va. Il parcourt la ville où les gens regardent les écrans, achètent illégalement de l'eau, se font tabasser par la police. Indifférent à tout cela, Kader atteint son but, un centre où il pourra voir sa fille. Mais son ex-femme est aussi présente et lui demande des comptes. Kader, sous traitement de Zanédrine, suite à un passé houleux, ne peut faire autrement que dire la vérité. A sa femme, à sa fille, à tout le monde. Combien de temps pourra-t-il contenir sa colère sous ce masque d'indifférence ?

Mon avis :
Sérum est une bonne surprise. Un monde d'anticipation étrange, un sérum de vérité encadré et un personnage principal errant dans une vie qu'il rejette et qu'il doit supporter au jour le jour, pour sa fille. Kader peut se confier uniquement à Déborah, une femme holographique qu'il trouve sur le site Holoporn. Elle l'écoute et un lien d'amitié semble s'être tissé entre eux. Ce monde aseptisé se révèle plus cruel qu'il n'y paraît. Ne fut-ce que par ses traitements à la Zanédrine, ce médicament qui vous force à dire la vérité. Du coup, quand on vous demande si vous appréciez vos collègues de travail et que vous les détestez secrètement, ben, comment dire, les choses se compliquent...
L'histoire évolue lentement, très lentement, pour s'accélérer vers la fin. Ce qui donne, à mon avis, un temps de flottement vers le milieu du récit où on ne sait pas trop où on va. Un petit ventre mou. Où l'on pressent les événements à venir qui, du coup, ne sont plus des surprises. Mais en-dehors de cela, cette fiction fait froid dans le dos et atteint son but. On peut se demander si on ne va pas se rapprocher doucement de ce type d'univers avec les problèmes de ressources qui nous pendent au nez.
L'administration inhumaine est bien toujours présente. Et la chute de l'histoire n'augure pas spécialement des jours meilleurs. Et du coup, ce récit d'anticipation lorgne soudain vers la politique-fiction. Là aussi avec une touche bien pensée qui fait froid dans le dos par son réalisme.
Cyril Pedrosa se fend donc d'une tranche de vie dans un Paris de 2050 qui ne nous laisse pas de marbre. Il touche juste par ce monde glacé et par ce personnage, Kader, qui subit beaucoup et dont les rebellions ne semblent pas le mener bien loin.

page de SERUM de Pedrosa et Gaignard chez Delcourt
Paris la nuit, mais pas n'importe quel Paris...


Nicolas Gaignard prend les pinceaux pour dresser la toile de cette capitale qui part lentement à la dérive. L'horreur clinique, rendue par des couleurs ternes, sombres, par un trait réaliste mais dans un style aux tracés apparents, renforce encore plus les faits se déroulant sous nos yeux. Ces images régulières, ce cadrage étouffant, ce rythme ralenti par la composition des pages, créant une lenteur artificielle qui laisse le temps de s'appesantir sur ce qui se passe autour de Kader, tout cela renforce encore plus le scénario.

Sérum est une BD dont le titre pose la problématique à différents niveaux. Le sérum est le problème, alors qu'il est utilisé comme la solution. Et de quel sérum ce monde a besoin pour parvenir à guérir ? Si vous aimez l'anticipation, ne passez pas à côté de ce sérum.

Zéda croise Kader !

"C'EST PAS ROME" strip de Zéda pour chronique 7BD sur SERUM de Pedrosa et Gaignard chez Delcourt


David


Inscrivez vous à notre newsletter :

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Si tu as un avis à donner, c'est le moment ou jamais!